Les vestiges de la lettre

23244044_10154882756615766_4742504369435073007_n


Dans mon temps (hahahahha), lorsque j’étais dans mon adolescence toute neuve, pour passer le temps dans les cours plates, on écrivait des lettres sur du “popier” (papier). Je dis “on”, mais en fait, c’est nous les filles. On avait même une manière de les plier pour éviter d’utiliser des enveloppes. Le tout agréablement écrit sur une vulgaire feuille de cartable pliée en simili “bateau” et on gardait contact avec notre BFF (best friend forever).


Mais comme je ne suis pas dans la “norme”, je ne m’arrêtais pas là ! Oh que non ! C’était pas assez pour moi. Fallait pousser la note encore plus loin…. surtout après les films magnifiques de Robin des Bois et les Trois Mousquetaires joliment parsemé de la musique de Bryan Adams.


PARENTHÈSE

Je suis un être romantique (ceux qui en douterait)… J’ai dévoré tous les livres (une bonne dizaine) sur la saga des Trois Mousquetaires. J’affectionne littéralement la plume d’Alexandre Dumas (pas le journaliste, mais l’écrivain). S’ensuit Juliette Benoni et ses sagas de rois et de maitresses qui s’entretuent et s’empoisonnent…. Je suis littéralement fanatique.


POUR EN VENIR À

Et comme je ne fais pas que “tripper” sur ce genre, j’ai fini par écrire mes lettres avec le même style d’écriture que cette époque là.  Comment se compliquer la vie, vous direz. Ben oui ! Mais c’était complètement délirant, amusant et tellement romantique. On pliait nos lettres, brûlait les bords pour faire vieillot et on scellait le tout avec de la cire. C’est bien parce que j’ai pas trouvé comment faire un sceau, j’en aurait mis un.


Je vous épargne les surnoms de nos p’tits chums à ce moment là ! (hahahahhah)


DERNIÈREMENT

Je redécouvre ce plaisir. Reprendre le papier pour écrire. Des tonnes de pages jusqu’à ce que ma main en puisse plus. Toucher le papier, trouver le bon papier qui nous convient (ben oui), le bon crayon qui fera que ça coule tout seul et que ça devienne un plaisir coupable. Un papier entre la feuille de cartable et le gros luxe de la feuille de Noël. Jaser à la feuille, toute seule, entourée de musique, assise dans mon lit. Se concentrer sur ce moment là, qui reste présent.


C’est du bonheur en “canne” Smile

Back to Top