L’Écriveuse

Chez nous, on naît à coup de deux. Dans la limite du pareil mais défini dans la différence. J’imagine que c’était mieux de même, mettre autant de créativité dans une seule tête, ça aurait débordée.


Le dessineux, c’est mon frère. Avec une aisance hors du commun. Y devait avoir des crayons de caché entre ses orteils en venant au monde. Les traits lui sortent des doigts à grands gestes et il le sait, où il s’en va. C’est magique !


L’écriveuse, c’est moi. Un amour profond des mots, des phrases et du “pouette” (poète). Là où les émotions ne se racontent pas, mais se vivent… intensément. Les mots virevoltent dans ma tête pour imager ce que je ressens. Pas des faits, pas de la logique… juste des émotions.


Depuis je ne sais quand et où, j’ai le crayon qui se fait aller sans arrêt. Le dessin, j’y arrive, mais c’est un combat éternel avec mon cerveau. Écrire… jamais. Je ne remets pas en doute mon style, mes mots … je ne me questionne pas et personne, n’a le droit de me dire comment faire. Parce que je ne le ferai pas. C’est à moi…


J’ai écrit des pages à ne plus finir de textes, de lettres, de romans qui se peuvent pas. Je rêve de moduler les feuilles et de pitonner pour en finir à arriver à peut-être dire discrètement, j’écris. Mais c’est mon secret que je ne vante pas.


C’est en valsant sur les airs de paroles de Fred Pellerin que j’ai compris pourquoi j’écris, ici.


Ce n’est pas pour défendre des droits, ni pour me battre, ni pour justifier quoi que ce soit.


Le blog, c’est une défaite de bottine. Pour installer mes mots quelque part en laissant une petite trace, là où ils peuvent faire du bien. C’est une excuse, pour vous imposer mes écrits et vous faire vibrer sur ma longueur d’onde. C’est un égoisterie pure et dure, en fait. Ça me pousse, chaque jour, à prendre un instant pour essayer de raconter ce qui peut paraître le plus plate au monde, un quotidien.


Parce que pendant ce temps là, je suis bien. Smile

Back to Top