Famille de tda

clip_image001La rencontre des professeurs est toujours une rencontre redoutée pour la maman que je suis. C’est le signal des

« ça va pas supers biens » et des plans d’interventions qui finissent plus. Honnêtement, si je pouvais les skipper… je le ferais.


Cette année, c’est la première rencontre alors que les jumelles sont médicamentées (et moi aussi). Étrangement, on est chanceuses, la dose des filles est déjà stable et on a vu des changements très rapidement. Mais à ce point-là, je ne le savais pas ! C’est à la rencontre des professeurs qu’on m’a « jetée à terre ».

AU DÉPART

Les jumelles, lors de l’année scolaire, étaient incapables de faire un travail. Ou si elles le faisaient, elles devaient prendre plus de temps, utiliser les coquilles pour diminuer le bruit et les sautes d’humeur étaient intenses. C’était invivable pour tout le monde, surtout à l’école. En plus d’être incapables d’assimiler la matière à la même vitesse que le reste de la classe. Eve qui a un caractère plus intense et fort que Sarah cumulait les billets d’avertissements, les punitions… Plus ça allait, moins elle se trouvait bonne et elle en voulait à toute la planète. Elle pouvait, facilement, mordre tous les élèves dans un rang, parce qu’elle se sentait persécutée. Ce qui a engendré comme le recommencement de leur 2e année pour les jumelles.

AUJOURD’HUI

Sarah est adorée de sa professeure. Elle fait des phrases complètes et des textes structurés. Elle, qui l’an passé, avait du mal à aligner deux mots. Elle donne un coup de main à son professeur et elle fonctionne. Elle réussit très bien, même si elle ne sort jamais ses livres le soir (chose que je dois modifier). Dernièrement, elle a eu 100 % sur un travail… j’étais carrément sur le « cul ».


Eve a le même professeur que l’an passé. L’an passé, ça se passait vraiment mal. Cette année, celle qui en arrachait le plus à l’école, celle avec qui il fallait se battre pour qu’elle y aille, celle qui sortait ses livres, mais que ses notes ne reflétaient pas le travail… c’était ma mini Eve.  Et là… ce n’est plus la même petite fille.


Lors d’un travail, alors que toute la classe ne réussit pas, Eve nous clanche un 85 % et c’est parce qu’elle n’a pas eu le temps de finir la dernière question. Sinon, elle réussissait avec un 95 %. Elle rapporte des super résultats. C’est juste… Flabbergastant ! Sa professeure n’a plus la même élève et ma fille a vieilli de 5 ans en quelques semaines.


Elle travaille fort, elle fait ses leçons et ses devoirs. Elle gère sa médication elle-même et m’avertit d’ailleurs quand c’est le temps de renouveler sa prescription. Elle aide à la maison, elle est calme, concentrée… Et son estime d’elle-même a remonté. C’est comme si on m’avait changé de petite fille.

ET POURTANT

J’ai hésité à faire le « move ». Mais je crois, ce qui a aidé, c’est de voir que moi je l’étais aussi tda. J’ai juste compris comment elle se sentait dans une journée d’école, alors que le cerveau ne peut pas survivre à une journée aussi bruyante, dérangeante et fatigante. C’est difficile sur le moral, sur l’estime de soi et c’est surtout épuisant.

Je suis terriblement fière d’elles, de leur cheminement. Ça n’a pas toujours été facile pour elles, mais elles l’affrontent avec brio !

Back to Top