Magasiner une école

21761503_10154757581460766_6817472701174386215_nLes écoles, aujourd’hui, offrent une panoplie d’études pour attirer les jeunes. Sports études, arts visuels, danse…. et j’en passe.

C’est le bordel pour l’enfant, qui est seulement en 6e année, de choisir un endroit et un domaine. Pour ma part, Bianca a “sticker” sur Arts Visuels, ne sachant pas trop que c’était possible qu’elle ne soit pas choisi. Donc, pas de plan de B dans sa tête et la seule option c’est “je veux pas la polyvalente!”


Sauf que, j’ai été à la polyvalente (qui est devenue l’académie des Estacades maintenant) et je suis toujours vivante. On a de la misère à se faire une tête sur notre avenir au Cegep, on demande pas à un enfant de 6e année de choisir un type de concentration. Mais ça c’est ma vision des choses.


En plus, comme j’ai vécu avec Gabriel, si l’enfant ne réussi à pas suivre dans ce style de classe, il est “pitché” à la polyvalente au régulier. Et là, confiance en soir, –12 000.


On parle d’égalité, d’aide, d’arrêter de créer des “paliers” et de la compétitivité… mais on créer ce genre de situation qui augmente les écarts “sociales”. Un peu comme les “riches” pis les “pauvres”. Parce qu’on s’entend, en plus, si tu as pas les moyens,  tu finis aussi à la polyvalente au régulier et tu passes encore pour le “poche” du groupe.


Je vois actuellement Bianca qui est stressée par rapport à son secondaire. De 1, l’école le Boisé a tellement mauvaise “presse” qu’elle veut pas y aller (ben oui une polyvalente c’est le higway to hell). Ensuite, l’examen afin de savoir si tu es choisie. Pauvre chouette, elle est tellement pas rendue là. En plus, de moi, qui gaffe monumentalement sur son choix de cours parce que je pense la connaître et je veux lui donner un plan B pour son secondaire.


Et si le meilleur c’était juste, de les laisser être des enfants ? S’amuser, apprendre et découvrir….


ça c’est comme les “calices” de Lutins à Noël ! (ça me fait pogner les nerfs!)


On peut ben faire de l’anxiété à 9 ans.


Back to Top