Outsider

9985604416_a117a64ed8_o

J’étale mes pensées en ligne parce que trop de gens se taisent figé par la peur. La peur des autres, de leur jugement, de leurs pensées. Notre valeur qui prend tellement d’importance dans les yeux des autres.


Une peur instaurée par les autres, de ce qui est acceptable ou jugeable. Ce qui fait que tu es une bonne ou une mauvaise personne. Il suffit de presque rien, pour attirer la méchanceté et devenir le outsider. Scraper la vie de quelqu’un, c’est dont ben l’fun. C’est dont ben valorisant.


Quand écraser quelqu’un devient un immanquable pour s’élever au-dessus des autres parce que SA valeur est dont ben meilleure. Parce que son jugement est la LIGNE à suivre. Quand on en vient à inventer je ne sais plus quelles règles pour contrôler tout le monde.


C’est vrai, c’est épeurant ce qui ne nous ressemble pas. C’est la perte de ce qui existe déjà, ce qui est acquis. L’inconnu fait peur comme une épidémie qui s’attrape en toussant sur le voisin.


On en vient à faire de la sensibilisation parce que l’être humain en tant que tel, s’amuse à faire souffrir les autres à cause d’un bouton de travers qui dérange. Mais pourquoi ? La souffrance est un jeu drôle ?


Comme si être homosexuel était un choix, être de peau noire, jaune (ou verte fluo) était aussi un choix. Comme si un chat noir allait bouffer un chat blanc, parce qu’il est blanc ! Comme si avoir une maladie mentale était aussi une option.


Les animaux ont deux fois plus de respect que nous… ils s’entretuent pour se nourrir… et même dans ce but ultime, il ne laisse pas souffrir leur proie.


Jean Coutu devrait penser à vendre de l’ouverture d’esprit !

Back to Top