Oser à 41 ans

17342860_10154247933935766_7091948469275597399_nJe ne suis pas de celles qui trippe sur le maquillage. Mais de temps en temps, pourquoi pas se gâter et se mettre belle. Comme mon travail est avec le public, les vestons, les jupettes et les chemises font partie courante de ma garde-robe. Ça toujours été, une partie de mon côté fifille: les vestons et les redingotes.


Récemment, avec les filtres de Snapchat, je découvre que le rouge à lèvre plus foncé, ça pourrait être pas si tant pire. J’ai toujours redouté ces couleurs de peur qu’on me voit à 20 km de distance dans une rue. Sauf que…


J’ai osé. À 41 ans, j’ai acheté mon premier rouge à lèvre, rouge. C’était gênant la première fois que je suis sortie travailler. Comme si je m’étais écrit dans le front “regardez moi!”. Mais finalement, je m’habitue. Un peu comme le vernis à ongle noir. Quand on commence à mettre cette couleur, on ne peut plus revenir au pastel, ça fait étrange.


J’ai changé aussi mon “eyeliner” et ma technique pour les lignes des yeux. Plus larges, plus prononcées. Je comprends pas ce qui se passe. Comme si j’avais besoin de “flasher”… ou peut-être de déranger !


Bizarrement, je portais aussi des petites bagues discrètes… et j’ai craqué pour une de ces bagues de “méditation” très large. Une bulle au cerveau ! (les bagues avec lesquels on peut tourner des anneaux pour “prier” ou méditer)


17098406_10154216553625766_3671359574754281303_n


Je sais pas ce qui se passe avec moi. J’ai toujours voulu disparaître entre les murs, passez inaperçue… et là, c’est comme si je voulais me dépeindre du mur. Sortir du lot. Sortir du champ fleurit ordinaire. Comme si enfin, j’assumais ma différence ! Smile

Back to Top