Tranche de vie… de dépendante

15966286_10154082641865766_218604015276663944_nJ’ai écrit que j’étais AFFECTIOCOLICOMANE Smile. Depuis deux jours, je ne me reconnais pas. J’ai pris une tangente qui s’est installée de par elle même. Aucune idée de comment du pourquoi.


Je sais pourquoi je suis sur des sites de rencontre.

Pas pour nécessairement trouver l’amour, mais rencontrer la richesse que le monde m’apporte. Échanger, jaser et découvrir et me créer un réseau avec qui je peux échanger et partager.


J’en suis à un point, où même la Bestiole réussi à refaire sa vie, et c’est ben correct. Je sais pas pourquoi, je n’envie pas sa vie de couple.


C’est claire dans ma tête, être en couple pour jouer les sourds et les muets, je ne veux pas. Être en couple en faisant semblant d’être ce que nous ne sommes pas, ça ne me tente pas non plus. Être en couple sous la jalousie, la possessivité… non ! Être en couple sous le voile de la peur, encore moins.  Être en couple pour remplir un vide, non ! Un couple teinté de mensonge, d’irrespect et de contrôle, non plus. Un couple où on se sent coincé, pris, obligé. Un couple qui étouffe. Un couple sous pression, parce que la société doit et impose. Un couple qui ne fait pas de folies, où la complicité est morte depuis longtemps… non plus ! Je débarque. Un couple où la confiance repose sur des doutes et des craintes…. Je passe !


Depuis peu, je ne suis pas en couple, et malgré cela, j’ai autant de soucis que si je l’étais. J’ai juste la possibilité de faire des choix et de me sauver à temps Smile.  D’apprécier réellement les vraies affaires.


J’apprécie mon travail et mes collègues. Ils sont extraordinaires et ils me font rire. Apprécier mes enfants qui sont magnifiques et qui enferment des petites surprises. Partir dans des rêves avec ma  mère, l’encourager et lui dire que tout va être ok. Apprécier les discussions avec tous et chacun, même si des fois ça mène nulle part. Réaliser que j’aime le sociale et que je peux fermer la switch quand ça ne me tente plus. Apprécier les compliments des gens (même si desfois je les crois pas à moitié lol). Mais je commence à les prendre.


Et selon le livre Le piège du bonheur, quand je me traite comme de la “schnoute”, je me mets à le chanter sur un air de “Jingle Bells” et ça passe. Quand j’ai de la peine à cause de quelqu’un, je switch sur des beaux souvenirs avec quelqu’un d’autre et focusser là dessus.


Je sais pas si c’est solide maintenant, cette nouvelle situation. J’aimerais que oui, que ça reste tel quel. Pour qu’un jour, je trouve LA personne avec qui ça sera juste parfait. Par moment, je pense que je fais 1 pas devant et 4 derrières, mais j’y arrive Smile


Y a de l’espoir ! Smile

Back to Top