La perception d’une petite fille

947265_10151365784000766_668253137_n (1)
Ma relation avec mon papa était teintée de mauvaises perceptions. Je le sais, 1 an et demi après sa mort maintenant. 40 ans, avec la même mauvaise perception. C’est quand même fou !
J’ai pensé qu’il ne voulait pas m’aider, m’encourager, m’appuyer, prendre soin de moi. Je me sentais comme la petite fille délaissée. Je me suis sentie toute seule à essayer d’avoir son approbation, sa fierté et son aide.
Sauf qu’en réalité, ce n’est pas ça. Il a toujours pensé que les filles pouvaient faire les mêmes choses que les gars. J’avais les mêmes droits que mon frère, les mêmes capacités et je ne serais pas plus vulnérable parce que j’étais une fille. Il m’a fait confiance et jamais il ne m’a dit que je ne pourrais pas faire quelque chose parce que j’étais une fille. Je ne l’ai jamais écouté, mais il a toujours dit « Maryse, tu n’as pas besoin de gars dans ta vie ! »
Depuis quelques jours, je réalise cette force que j’ai. De me débrouiller toute seule. Ou de savoir aller chercher les ressources pour apprendre à faire quelque chose ou réussir à le faire faire sans attendre après quelqu’un. Je réalise qu’en fait, c’est vrai, y a que moi qui peut prendre soin de moi comme il faut. J’ai toujours passé au travers de mes mauvais moments, j’en suis ressortie toujours plus forte et je garde malgré tout, ma joie de vivre.
Hier, alors que j’étais en vélo toute seule, j’ai senti le bien être d’être avec moi-même. Sans penser à quelqu’un d’autre qui prend toute la place. Sans vouloir plaire. Parce que je savais que même s’il arrivait quelque chose, je me débrouillerais toute seule, comme une grande. Au lieu de penser à un chum que je n’ai pas ou que j’aurais dû garder, j’ai pensé à mon papa comme compagnon de route. Pis c’était ben correct !
Je n’avais jamais vu les choses sou cet angle. Mais maintenant, c’est « ben » correct !




Back to Top