Vie amoureuse de marde– la mienne

 

La bestiole, c’est mon premier amour de 15 ans. Le gars que j’aimais le plus au monde, le gars avec qui je voulais faire ma vie, il était parfait à mes yeux. Même à 15 ans, je pensais passer ma vie avec. Mais de la manière dont ça s’est terminé, j’ai été obligé de l’haïr, de l’effacer pis de me mettre à penser que c’était le plus gros cave de la planète. La raison que j’en ai déduis, le sexe qu’il avait pas avec moi. J’étais pas prête.

20 ans plus tard. Il revient. Je suis folle de joie, mais intérieurement je me méfie comme la peste. J’ai un beau principe de ne pas revenir avec mes ex, parce que si ça marche pas une fois, ça marchera pas deux fois. On ne change pas les gens. Mais dans sa manière de faire, j’y ai cru. Compréhensif, patient, doux, tendre, affectueux. Ce coup là, s’il y avait quelque chose, on se le dirait entre quatre yeux.

J’ai été claire dès le départ, à mon avis. Si c’était pour revivre de la peine comme à 16 ans, ça ne valait pas la peine de rentrer dans ma vie à nouveau. Je pourrais pas. Mon amour pour lui est le même, mais je passerai pas mon temps à souffrir, c’est vraiment trop difficile pour moi.

Y a des situations qui ont allumés des lumières dans ma tête. Avec lesquels je n’étais pas d’accord. Je l’ai dit. J’ai tout donné ce que je pouvais donner de bon, même lui présenter mes enfants et lui faire confiance. J’ai accepté ses conditions même si je rechignais de temps en temps. J’y ai cru fortement. J’ai pensé que la situation changerait et que ça irait vers du mieux.

Mais non. Possible que depuis deux mois, l’idée d’être seul lui plait beaucoup plus que de trainer un boulet qui l’empêche de faire un effort dans quelque chose qui pourrait être “magnifique”. J’ai pris le bord. Et comme un piton “on/off” y a pu d’amour. Y a pu rien. Le gars que j’aimais profondément, il est disparu.

Au final, je revis la même “ostie” de situation qu’à 16 ans. Je ne suis pas grand chose à ses yeux, du moins pour l’instant, et essayer d’avoir une discussion qui pourrait terminer la chose autrement, c’est impossible.

Je me sens comme un jouet avec lequel on a fini de jouer. J’hésite entre croire ce qu’il m’a dit durant toute l’année ou le détester parce que je me suis encore faite avoir.

Je comprends maintenant certaines choses différemment. Je vois certaines situations autrement.

J’ai pas pour habitude de régler mes comptes sur internet. Mais là, fait plus d’un mois que je pleure ma peine, que je mange plus, que je ne vis plus. Plus d’un an que je ne peux pas parler de cette personne pour x raisons.

Je suis tannée d’avoir de la peine pour une personne qui en a pas. Qui se sent attaqué quand je lui mets cartes sur table. Qui n’a pas le temps, même pas pour essayer de mettre fin à une relation d’une manière décente. Pour qui ma peine, est trop intense. 

Je sais que mon texte va le fâcher. Anyway tout ce que je dis en ce moment, le fâche. Je vais juste faire partie de la gang de “folles d’ex”  à qui il ne comprend toujours pas pourquoi ça n’a pas marché. Mais, je pense que je commence à comprendre.

Je m’en veux d’avoir vu tout ça venir, mais d’avoir fait confiance. Mais ça, je finirai bien par le régler en thérapie. Encore.

Back to Top