AffectiolicomanE


13256101_10153494222570766_7812535963385841958_n
“Je m'appelle Maryse St-Arneault et je suis affectiolicomanE ! J’ai besoin des yeux des autres pour me définir, pour me sentir valorisée et avoir une “valeur” à mes yeux. Je suis une “sifonneuse” d’amour et d’affection. Et quand de l’amour y en a plus chez quelqu’un, je vampirise quelqu’un d’autre. J’utopise une relation idéale, qui n’existera jamais. J’exiges des conditions qui n’existent pas. Demandant toujours plus, tout le temps. La solitude m’effraie à un point tel, que je m’entoure de plein de monde pour éviter de penser au vide. Le bruit, les rires, les niaiseries… pour ne pas me retrouver avec moi-même. Être altruiste, gentille, à votre écoute à 100 %, est dans mon unique but de satisfaire mon besoin d’amour. D’être reconnue. Je suis accroc aux chevaliers et aux princesses, à leurs relations utopiques d’amour éternel, qui n’existent pas.  Je suis Maryse St-Arneault et j’ai un problème de dépendance affective ! ”
Bon, je sais, ça paraît atroce vite comme ça, comme entrée. En fait, je ne suis pas si tant pire. J’ai des “mauvaises manies” depuis longtemps. J’ai acheté un livre électronique super intéressant “Vaincre la dépendance affective”. Au cours de la lecture du livre, j’apprends qu’il est possible d’être dépendant affectif, comme on peu être toxicomane, alcoolique. Il y a aussi les“patterns” bourreau, victime et persécuteur. On peut devenir dépendant affectif pathologique. Finir par tomber dans la consommation pour éviter l’angoisse de la solitude.
41IYswWJOvL._SX322_BO1,204,203,200_ (1)
Bref, on se reconnaît ou des proches, et y en a un peu chez tout le monde. Jusqu’à récemment, je remplissais mes journées et mes fins de semaines d’activités pour remplir ces moments plates où je me retrouvais avec moi-même. J’ai aussi du mal à croire en moi, par moi-même. Et là, comme j’ai envie de devenir “une grande personne autonome” avec un estime de moi inébranlable, je lis ce livre pour évoluer vers le meilleurs et surtout, avoir des relations saines.
Je trouve le livre très intéressant. On comprend plein de chose même si on est pas dépendant affectif (quoi que je me demande qui ne l’est pas du tout ? On le fait tous un peu non?!) Ça me fait du bien et je réalise plein de belles choses.
C’est peut-être pas le meilleur roman pour s’évader, mais ça fait du bien au “cerveau” !
Back to Top