Fille de bois… confirmée !

DSC_0537

Il y a longtemps que je parcours le bitume avec mes “running” alternant les 5 km et le 10 km. Sans arriver à évoluer là dedans, sans finir par trouver ça plate, long et déprimant.

Mais un matin, quelques filles proposent d’aller essayer la course au Mont Arthabaska. Ben pourquoi pas! Armée de mes Asics de route, je me “garoche” au top du Mont pour voir ce que ça donne. Sur le coup, j’ai trouvé ça drôle. Un peu moins de voir que les asics, étaient pas approprié surtout quand ma cheville a virée sur le coin d’une roche.

Hier, j’ai décidé d’y retourner. Je me rechausse de mes asics de bitume, je fais 500 m et je me plante allègrement sur le sol (et pas à peu près). Mais à part ce moment désagréable, j’ai rigolé tout le long. J’ai pas trouvé la distance longue, plate et difficile. Le cerveau est tellement occupé à penser à éviter les roches, les racines et je ne sais quoi d’autre, qu’on pense pas au temps, à la vitesse et à la durée. On a juste du fun ! Et pourtant, on su comme des cochons quand même !

Ce matin, je sors une paire de souliers que j’ai oublié dans le fond d’un garde-robe. Je ne les aimais pas. Acheté d’abord pour de la rando sur route… je réalise avec mon amie Nadia que, peut-être ça serait possiblement fait pour de la course en sentier. Je les enfile et on repars avec le but de monter la côte qui mène aux antennes dans le Sentier des trotteurs.

Un autre magnifique 4 km… j’ai un fun noir à être dans les sentiers, à courir partout comme si on avait 12 ans. J’adore sauter dans la bouette, être déstabilisée… ne surtout pas penser. Je m’entends rire et j’ai un sourire de 15 pieds dans la face. Je tripe vraiment !

Ce matin, alors que je prends une pause sur un banc, je lève les yeux vers le ciel qui est couvert de feuilles vertes… et je réalise que oui, ma bestiole a raison: je suis une “bucheronne”. Mon élément c’est le fond de bois.

Back to Top