Cher monsieur le maire…

Votre “lancement”de candidature auprès du parti conservateur m’attriste. Créant un grand trou d’incompréhension. Je ne suis pas une politicienne finie, mais la tournure de votre chemin me laisse un peu “sans voix”. Je ne vous connais pas, je respecte grandement et admire le personnage que nous voyons tous aller depuis que vous êtes à la tête de notre ville. Une belle image d’ambition, d’évolution, de santé et d’environnement… et aussi familiale.

Vous êtes fort charismatique. Nous le savons tous. Qui n’a jamais voulu vous tendre la main pour vous lancer un bonjour sur le réservoir Beaudet parce que, pour la plupart d’entre nous, il est hot monsieur le maire. Un maire inspirant, qui donne à plusieurs le gout de se dépasser, de courir, de pédaler… de juste sortir de son trou de maison pour respirer l’air.

Alors que toutes les discussions semblaient possible maintenant la porte semble close (selon les articles). Je trouve cela triste, monsieur le maire. Les valeurs profondes que prônent Victoriaville, elles sont rendues où ? Je trouve dommage de voir que la plupart des gens vont voter pour un homme et non pour des valeurs qui ne sont pas les nôtres. Un homme qui pour Victoriaville est un plus, une qualité, une personne extraordinaire… mais malheureusement qui choisi son ambition au gré du vent.

J’admire vos ambitions, votre gout d’avancer et de vouloir changer le monde. Avoir envie d’aller plus loin, d’être présent dans l’action, être dans la “gang”, avoir l’impression de faire partie de la “roue” qui fait avancer tout le reste. Mais de là à mettre de côté ses valeurs de bases fondamentales ? Ou est-ce Victoriaville qui se serait trompée ? Nous serions nous trompés?

Je suis une idéaliste, possiblement vous aussi ?! Mais il semblerait que mon idéalisme soit plus fort que mon ambition.

Je n’allais pas aux rencontres municipales, j’allais pas me battre à ces rencontres non plus, pensant naïvement que vous étiez mieux que moi pour gérer tout ça. Les actions portées, les oui dire me plaisaient. Aurais-je du douter ?

Je ne vous détestes pas. Car comme être humain, je ne vous connais pas. Je ne changerai pas de trottoir quand je vous verrai, je sortirai encore mon sourire de 15 pieds pour vous saluer agréablement, comme à l’habitude. Et je continuerai à vous suivre sur votre Facebook, car il y a des nouvelles qui me font plaisir à lire.

Possiblement que je ne comprends pas et qu’il faudrait en jaser des heures pour que j’y arrive. J’imagine que vous avez vos raisons.

Je vous souhaite malgré tout, que vos rêves les plus fous se réalisent. Même si c’est avec des principes auxquels je n’adhère pas. Mais malheureusement, ce coup là, je ne ferai pas partie de ceux qui vous pousseront vers l’avant.

Bonne continuation monsieur le maire ! 

Note: Loin de moi l’idée de partir dans des dérapages politiques et de débats profonds haineux. Et surtout pas ici, sur mon blog, ou en général, le tout reste pacifique et respectueux. Je vous demande de rester dans la même mesure. Merci !

Back to Top