WYSIWYG

 

DSC_0001

Je n’écris plus, car je dois systématiquement faire attention à ce que je dis. Ce que je trouve dommage, car en aucun cas, je n’ai eu peur d’écrire quoi que ce soit ici. Depuis peu, certains commentaires ne me tentent plus, parce que c’est inutile considérant mes décisions passées que j’assume et que je ne reviendrai pas en arrière. Je n’ai pas envie de me faire analyser sur ce qui devrait ou doit être et j’ai toujours été relativement transparente sur mon blog. J’ai envie de poursuivre comme ça et de ne pas m’empêcher de le faire.

“What you see is what you get!”

C’est en discutant avec mon nouvel amoureux  que j’ai réalisé que la peur prenait plus de place qu’autre chose. Que mon blog était délaissé parce qu’à force de vouloir faire attention, je finissais par ne plus parler de rien. Mais il a raison… y a plein de belles choses, de situations cocasses et de moments à partager… je ne dois pas me laisser aller. Il a fortement suggéré de parler de ce que je vivais, là tout de suite en ce moment. Maudite bonne idée champion !

En bref, comme je le disais, la rencontre d’une personne magnifique (même si c’est pas nouveau parce que je la connaissais avant) avec qui je peux être totalement moi: sacrer comme un bucheron, me rouler dans bouette, courir, rire, faire les pires niaiseries, me tromper, faire des erreurs, être effrayée, douce…

Rapidement, lorsque je me retrouve devant lui, je me retrouve un peu beaucoup devant moi. Avec un côté réfléchi en plus que je n’ai pas. C’est déstabilisant mais apaisant. C’est aussi très effrayant. Je pense que nous avons besoin, tous les deux de temps, pour soigner différentes blessures liées à différentes expériences.

Je ne veux pas de semblant. C’est très important. Pas de “cruise” (Drague) pour avoir l’autre à tout prix. Je veux de l’honnêteté à 100 %. Je ne veux pas devenir quelqu’un d’autre non plus. Je le dis souvent “What you see is what you get”. C’est super important !

Je pense que ce n’est pas une relation où tout est déjà acquis, avec des garanties. Non loin de là. Sauf que, honnêtement, il me semble que les bases de départ sont quand même pas si mal: complicité, communication et franchise.

Maintenant, si je pouvais arrêter d’être effrayée par la bestiole (l’amoureux en question), le tout serait juste du bonheur en canne pure Clignement d'œil

Back to Top