Une folle !

Je dis ça mais c’est sans arrières pensées malsaines de jugement envers moi. C’est un constat. Il arrive que je sois déçue. Mais dans mon ressentie, ça fait vraiment mal. C’est une douleur intense qui donne un sentiment de pincer en dedans. C’est tellement intense, que je ne le gère pas. Même avec une excellente raison, je viens en “tabarnak”!

Sur le coup, j’ai vraiment beaucoup de peine. J’ai surement mes raisons (que j’arrive pas trop à expliquer). Mais ma première réaction de défense, c’est d’envoyer promener le sujet de la déception. Voir, utiliser la méchanceté “solide”. Sauf que, l’autre personne… ben elle comprend pas trop mon “trop plein de peine” pour si peu.

Mais j’ai réellement de la peine. Beaucoup. Mais je sais pas comment l’expliquer. Je sais pas comment l’exprimer. Il faudrait que je m’attache ou mettre du gros tape électrique sur ma bouche, pour éviter de dire des âneries monumentales. C’est plus fort que moi.

Il faut savoir que tout passe par le “coeur”. Rien ne passe par ma tête. C’est le coeur qui reçoit toutes les émotions, les réflexions des gens. Après ce moment intense où, le coeur reçoit l’émotion… la tête réfléchie et se rend compte que ça n’a juste pas de maudit bon sens. Je reviens à la charge, m’excusant indéfiniment.

En même temps, je réagis fortement au positif autant. En fait, je suis une grosse bombe à retardement qui explose au gré du vent. Je suis émotivement intense. Tout le temps.

Le pire, c’est que je ne suis même pas brûlée d’être comme ça. Parce que dès que ma peine est sortie au max, le lendemain je cours partout arborant un sourire de 15 pieds, comme si rien ne s’était passé. Je pense que je vis mes émotions intensément et à fond. Ce qui fait que… ben je garde rien en dedans.

J’ai appelé pour avoir de l’aide cette semaine, mais après réflexion, je suis même pas sûre que j’ai envie de gérer ça. On dirait que j’ai tellement peur de pas vivre à fond et d’être plate à mort après. C’est étrange ! J’ai peut-être pas tant le goût de changer après tout ?!

Bref, hier, constat, après une légère déception même pas justifiée… j’ai écrit “J’suis une criss de folle” !

Back to Top