Quand même le corps abandonne !

C’est la première fois, suite à différentes mauvaises nouvelles (dont le décès de mon père), que ma tête arrive à prendre le dessus mais que le corps lui, ne veut plus rien savoir. Même si je voudrais sortir courir 10 km, me forcer à en marcher 26… depuis quelques jours, mon corps me dit “va donc te coucher”.

C’est la première fois que je me sens désemparée à ce point. Tellement, que j’ai appelé mon médecin. J’ai jamais été aussi fatiguée et sans énergie. Pour moi c’est pas normal.

Quand j’essaie (hier au gym), j’ai envie de pleurer et je tremble tellement que c’est déprimant, trop dure et trop fatiguant. C’est plus facile de rester à rien faire. Même les émotions se tiennent tranquilles. Pas de vagues, pas d’émotions.

Encore aujourd’hui, alors que nous rencontrons des “masses” de gens, je reste sans mot devant ces groupes de personnes, les mots ne sortent plus, j’ai rien à dire. Ce sentiment, vécu à la Volte-Face, revient, où je me sens étouffée, prise et coincée. Je manque d’air. Je suis définitivement plus sauvage que je pensais.

Je suis possiblement en mode “négation”, mais la majorité du temps, je suis zen. Comme si mon papa était pas parti. Du moins pas bien loin. Encore surement, un beau mur de protection qui s’ajoute aux autres, comme diront certains psychologues.

Dans les phrases banales entendues au cours de ma vie, pour justifier un lot de mauvaises nouvelles, on nous dit souvent que “Dieu nous envoie les épreuves qu’on est en mesure de surmonter!”

Je pense que Dieu m’a surévaluée sur ce coup là !

Back to Top