Les sports et leurs dérivés

 

À force de côtoyer des sportifs, on finit par essayer plein de nouvelles choses. Depuis peu, le ski alpin et le ski de fond font un retour dans ma petite vie de coureuse. L’an passé, j’essayais de faire un peu plus de vélo depuis  l’achat de mon hybride noir et rose (eh oui, ça vous étonne!!)

Sauf que …. (ben oui c’est claire, je peux pas faire comme tout le monde!!!)……

Je réalise que j’ai du talent (ou j’ai juste pas mal de fun) quand je sors des “sentiers battus” du sport en question. Exemple, en allant faire du vélo dans les sentiers au Parc de la Mauricie avec un petit tronçon de route. Je bougonne tout le temps sur la route et j’ai mal au genou. Dans les sentiers, 0 problème, 0 bougonnage… tout est juste parfait.

En ski de fond, j’ai de la difficulté à avancer avec “classe” selon la technique mais si je sors dans la section “skating”, je peux suivre facilement quelqu’un qui “clanche” dans la piste de ski de fond. C’est moins chiant pour moi de patiner avec des grands skis.

J’ai adoré le fatbike dans le Mont Arthabaska, c’était nouveau et si tu te concentres pas, tu te “plantes” !

Et hier, je réalise que j’ai besoin de focusser mon attention sur les obstacles. Sinon je m’emmerde. J’adore le patins (roller) parce que je focusse pour pas tomber. En vélo de montagne, faut se concentrer pour par “revoler” par dessus une branche, en patin à glace aussi sinon on ramasse le premier qui passe devant soi et même chose en “skating”.

En fait, faut juste pas que je pense. C’est comme si lorsque j’impliquais pas mon cerveau, j’avais pas de fun. Ce qui expliquerait mon horreur pour le sport intérieur (vélo stationnaire, tapis… ect). Faut que ça bouge autour de moi.

Et honnêtement, je réalise que, j’ai une facilité hors du commun avec tous les mouvements genre “patins”. C’est vrai qu’avoir une “patte” croche aide pas mal Tire la langue

Back to Top