Quand on parle de recettes réconfortantes

CopyrightMPBB98 - Sur Flickr

Parlant de « peine », j’ai déballé un œuf Cadburry Caramilk et pendant 30 secondes, plus rien n’existait! J’ai juste pensé « maudit que c’est bon cette affaire-là »!

Pis paf, un gros retour en arrière... les pâtés au saumon de ma maman! Quand tu manges quelque chose, que c’est tellement bon et que tu ne veux pas que ça ne finisse jamais! Ce genre de chose là.

 Ce genre de repas qu’on aime tellement que n’y a plus rien qui tourne autour, on oublie tout. Du réconfortant en kilos.

À 17 ans, mon chum de l’époque m’a laissée. J’avais beaucoup de peine. J’avais aussi des cours assez  intenses au Cegep, surtout le mercredi. Je commençais à 8 h 30 (je pense) et je finissais à 16 h. Avec l’autobus de ville qui était à 3 km de la maison, je partais tôt et je revenais tard. 

Ce jour-là, après ma journée de fou. Quand je suis arrivée pour souper, il y avait un pâté au saumon sur la table. Personne n’y avait touché. Il était juste pour moi!

Je l’ai toute mangée! :P C’est drôle, je n’ai pas souvenir de ma peine après. 

Tiens, justement, je prendrais une série de pâtés au saumon ! (lol)

Back to Top