Réaction

pouliches

(Mon petit poney)

Je réagis suite à la lecture d’un article sur yoopa que j’ai vu passer sur Facebook par mamanbooh. Je suis un peu (pour pas dire beaucoup) sas connaissance !http://www.yoopa.ca/blogueurs/billet/un-sac-mon-petit-poney-interdit-a-lecole

En gros, un petit garçon a un sac des petites pouliches, se fait intimider, on dit au garçon de ne plus apporter son sac à l’école ! WHAT !!!!!!!!!!!!!!!!

Honnêtement là, je suis fatiguée que les écoles interviennent dans tout. Attention, je ne suis pas contre tout, mais là, décider du style de chacun, de ce que tous aime ou pas. Je dis non ! Déjà, qu’ici, les petites têtes de morts cutes (pour filles genre) sont aussi interdis, alors que la vague Monster High commencer, c’est un peu difficile de ne pas en acheter, surtout quand la petite fille adore ça. Moi je pense qu’on essaie souvent de trop gérer des choses “Au cas où!”

Dans le temps, des gars portaient des feuilles de pot sur leur chandail, des têtes de morts et ça les rendait pas violent pour autant. Non nous, à la polyvalente, ce qui était interdit, c’était la tête rasé à 0… Oui dans notre temps, se raser la tête ça amenait l’image de Skinhead… donc nécessairement image violente… donc, paquet de trouble !

On s’entend que c’est autant violent que le gars qui a les cheveux au milieu du dos ! Comme quoi, les années changent, les règlements aussi , les styles, les interdictions aussi.

Bref, allez donc punir l’intimidateur (ou les), pis laisser le petit garçon avec son sac, qui doit dont avoir tant de peine de ne plus s’en servir. On veut défaire des stéréotypes du genre “Un gars ça conduit des trucks pis une fille ça lave de la vaisselle!”, mais on décide qu’un petit garçon ça aime pas ça des Pouliches.

Je vous rassure, au secondaire, l’histoire des pouliches est vraiment étrange d’ailleurs: un style existe “ broney” et “ Pegazesisters”et c’est hot des pouliches sur nos ados  ! Je suis la première étonnée et je n’ai pas caché ma crainte face à mon ado qui veut un chandail de pouliche !

Est-ce qu’il y aurait moyen d’être différent sans être marginalisé ? D’être réellement sans avoir tout le temps peur de se faire apostropher ? C’est plate une société toute pareil, ça prend de la couleur, de la vie… On arrête pas de le prôner partout “être soi-même”. J’ajouterais que c’est pas parce que t’es bizarre (différent) que t’es nécessairement déséquilibré.

Arrêtons de mettre des barèmes de “normalité”, ça devrait même pas exister. Faque aimons les Pouliches à fond ! (J’adore PinkyPie!)

Back to Top