Quand un défaut sert !

J’ai déjà entendu dire (selon sources sures) que j’avais une “méchante tête de cochon” ! Un fort caractère et bonne chance pour me faire changer d’idée (source: ma famille au complet: père, mère, frère, ect…). J’avoue que je ne me vois pas si “tant” pire. Mais quand j’ai quelque chose en tête, il est vrai que je change pas facilement d’idée. Surtout quand l’envie de le faire est très très très présente.

Un défaut qui m’a été souvent “renoté” à l’école, au travail et en famille. J’ai un mot signé par un prof au Cegep dans mon journal de finissant du genre “Très content de t’avoir eu dans mon cours malgré ton fort caractère!”

Ce matin, alors que je fais des pieds et des mains pour reprendre ma santé en main (et mon poids), je me sens fragile et la motivation est là, mais pas tout le temps. Ça fait une semaine, et là là, aujourd’hui, je me sens plus forte. Je l’ai déjà fait, j’y suis déjà arrivée, alors pourquoi pas encore !

Je me rends juste compte que ce côté “tête de cochon” est utile justement dans ces moments où, il faut que je me botte le derrière pour arriver à mes fins. C’est pas facile, j’ai besoin d’encouragement, mais je sais qu’en partant, mon fond est solide Tire la langue. Surtout quand je suis d’accord de le faire, quand mon cerveau a signé le contrat avec le reste du corps… ça va être plus facile.

Je suis exigeante, je ne décroche pas facilement, quand je vise quelque chose, c’est rare que je lâche prise et que je n’y arrive pas (voir un post sur mon ascension du Mont Ham !). Même si toute la planète me dit que c’est la pire idée de ma vie. Malheureusement, c’est la même chose dans l’autre sens… quand je me trouve poche, bonne chance pour me le sortir de la tête !

Bref, une petite fleur que je me lance ce matin, parce que je suis plus forte que je ne le pense et que je l’oublie souvent !

Back to Top