Le sport à notre image !

Hiking in Maine

(Source: VisitMaine.com – Hiking Maine)

Souvent, pour ne pas dire tout le temps, on voit beaucoup d’article sur la course et les bienfaits de celle-ci sur l’humain. Comment s’accomplir par la course, ect… Certains d’entre vous le savent, je suis une ancienne coureuse ou du moins, à temps partiel. Mon corps, pour pas dire mon genou droit, y arrive difficilement si j’ai pas les chaussures appropriées et c’est pire depuis quelques temps sur l’asphalte, mon corps n’y est plus du tout habitué. Et il me le fait sentir allègrement. J’ai opté pour un sport différent, faisant  malgré moi mon deuil de la course en solitaire sur le bitume.

Bref, ces articles ou citations, me gossent un peu. Comme s’il n’y avait rien d’autre de l’fun (je sais, c’est pas vrai !). J’adore les coureurs, je comprends leur philosophie et leur envie. Je l’ai vécu. Cependant, ne nous le cachons pas, nous ne sommes pas tous à l’aise de courir et je suis pas convaincue que ça peut convenir à tous. Le conférencier invité par le Sentier des trotteurs, Monsieur Réjean Moreau a terminé sa conférence sur ceci l’idée suivante: notre corps n’est peut-être pas approprié pour courir ou faire du vélo.

Il est fort possible que ma “shape” de footablleur (oui oui la mienne à moi !) ne convienne pas à la course. Le sport peut devenir difficile et contraignant. Et au bout du compte, on fini par abandonner. Bref, suite à cette conférence, je me suis pas cassé la tête longtemps. Je pense que oui, même si la course a des effets bénéfiques, mon genou ne veut juste plus et je dois en faire mon deuil. Et c’est pas plus grave.

Le “Hiking” (randonnée pédestre) me convient plus. Je suis rarement malade, je me blesse beaucoup moins et pratiqué dans des monts ou montagnes, l’intensité y est. Je le sens que c’est mon sport à moi. C’est pas tout le temps facile, mais pour le moment, je n’ai pas abandonné encore. Et la montagne me manque quand je n’y vais pas. J’attends que le Sentier des trotteurs ouvre (après la période de chasse) pour aller me “garocher” dedans allègrement. J’ai maintenant besoin du bois, du silence, de la nature, de bouette ou de neige. C’est différent, mais pas moins surprenant, pas moins gratifiant.

Bref, soyez vous-même. Bougez mais avec qui vous êtes. Pas parce que Paul-Jean-Jacques fait de la course, que nous devons tous en faire. Analysons-nous et voyons ce pourquoi nous sommes fait. Je ne courrai pas le 21 km dans un demi-marathon, mais j’en marche 26 dans un sentier qui contient différentes conditions. Et bizarrement, je ne souffre pas du genou droit comme lorsque je courais !

Vous êtes faits pour quel sport ? Sourire

Back to Top