Des championnes

2013-07-04 18.45.36

Depuis peu (après un essaie assez concluant d’abord), j’amène les jumelles et Bianca dans le Mont Arthabaska (et Tao). On fait la même “ride” habituel, que je fais avec Tao. En trainant beaucoup d’eau, des barres tendres (prochaine fois un pique-nique), la chose est faisable. Ce qui à mon avis, je pensais, ne l’étais pas. Gros jugement de mère poule poche, qui a peur de revenir avec les 3 enfants sur son dos, au lieu de sur leurs pieds.

Hier, alors qu’on se dirigeait encore vers les sentiers du Mont, dans le bas, il y a un point d’eau dans lequel Tao se baigne tout le temps et va aussi surtout boire de l’eau. Près de là, commence la boucle du Sentier des trotteurs de 10 km. Bianca a voulu aller voir le petit ponceau qui traverse un petit ruisseau.

Au finale, on a pris le Sentier des trotteurs et on s’est dirigé vers la section “Antennes”. Une section qui à mon avis, n’est pas de tout repos, car ça monte beaucoup, longtemps et dans le bois, c’est jamais simple. La première fois que j’ai fait cette boucle, j’arrêtais souvent en montée pour reprendre mon souffle (chose que je fais de moins en moins, reprendre mon souffle lol).

Je suis toujours inquiète de me ramasser avec les enfants qui ne veulent plus suivre, qui boquent par terre… en plein bois, c’est pas toujours simples de partir chercher une auto à la rescousse !

J’ai stressé tout le long (comme à mon habitude !), et même en reposant la question plusieurs fois, Eve et Bianca voulaient absolument voir la vue de Victoriaville du haut des antennes (bon Sarah moins mais fallait la motiver avec la bouffe!)

Finalement, mes cocottes ont réussies. J’étais toute fière d’elles. J’ai même dit à Bianca “un jour, quand tu seras grande, tu viendras faire le 26 km avec maman “ Tire la langue

2013-07-04 19.08.49

2013-07-04 19.08.17

Finalement, je me rends compte qu’elles pètent le feu pas mal. Beaucoup d’énergie ces filles là… comme dirait papa Ritch, comme maman !  Ça me rappelle tellement mes parents, quand ils nous trainaient de force dans les sentiers en Gaspésie, faire 8 km et¸que ça nous tentait pas, on chialait tout le long, mais qu’aujourd’hui, je m’en rappelle encore.

Bravo les filles, maintenant on va aller vendre de l’énergie au Jean Coutu lol

Back to Top