Une évolution !

Je pense en avoir déjà parlé, mais plus vaguement. Au secondaire surtout, je dessinais constamment. Surtout dans mes agendas. Je collais des bédés sur mes cartables, pour les rende plus beaux, et mon agenda était tout gribouillé. Plus petite, je sais que je dessinais avec mon frère. Ma mère, sortait un dictionnaire, pointait un animal (il me semble plus les animaux que les choses) et on devait le dessiner. Mon frère, a toujours eu plus de talent que moi. Moi j’aimais bien reproduire des dessins, ayant bien du mal à dessiner des choses qui me sortait du cerveau. Par contre, je pense que j’étais meilleure pour colorier, et manipuler les couleurs (avis personnel) ! On a déjà fait un dessin à deux, il a dessiner le personnage, je l’ai colorier. Je me rappelle aussi des bricolages et de nos portes de chambre qui croulait sous les dessins et les bricos. Pauvre porte, elle était pleine de trou à cause des punaises. Ce sont de beaux souvenirs !

Mais en cours de route, j’ai arrêté. Et lorsqu’on arrête, ça s’oublie on dirait. Ou on l’enfouie tellement profondément, c’est comme si on avait jamais dessiné. Même en essayant, il n’y a pas moyen que ça revienne, tout est bloqué. Je me trouvais “poche” donc, je ne voyais pas l’utilité d’en faire.

Étrangement, M comme muses a réussi l’exploit récemment, juste avec ses petits ateliers suivis en janvier. Je ne respecte peut-être pas tout, mais l’idée de s’assoir et de dessiner juste pour se “lâcher lousse” est devenu une petite routine. Et plus on en fait, le résultat est mieux, la facilité s’enclenche, et les défis sont moins effrayants.

Rappelez-vous, je dessinais des petits mandalas au début:

431510_10150558724555766_1606216616_n

Et en date d’aujourd’hui, j’arrive à faire ça:

madame

C’est pas parfait, mais je suis fière du résultat. Car vlà deux semaines, j’étais incapable de le faire. Quand j’ai un blocage, j’apporte mon dessin à mon frère et je lui demande conseil pour savoir comment on fait une main, comment on place les montagnes… juste pour un petit coup réaliste.

 

Je ne peux pas décrire le feeling du résultat, de la sensation… je sais juste que ça vaut la peine ! Et que je ne suis pas la seule à apprécier le petit déclic des ateliers de M comme muses. Gâtez-vous !

Escapadevirtuelle_5photos_edited

 

*Décharge: je ne suis pas du tout payer pour le faire, je le fais par pure plaisir et par bonheur, parce qu’on s’attache à ces gens qui nous apporte que du bien. Je le fais car ce fut une belle porte de sortie vers autre chose que la déprime, la fatigue et l’écoeurantite aïgue (ça et le sentier des trotteurs lol). On le voit comme le coup de pied qui nous manque dans le derrière, en beaucoup plus doux cependant Rire!

Back to Top