Mamanbooh!: Ma relation douce-amère avec la dyspraxie

Mamanbooh!: Ma relation douce-amère avec la dyspraxie: Depuis le début de ce blogue, puis la création de mon blogue commun sur la dyspraxie , j'écris sur ce sujet, je partage ma vie de maman aya...

(Allez lire l’article de Mamanbooh sur la dyspraxie!)

 

Souvent, je touche du bois, et je réalise que je suis chanceuse car mes enfants (en tk pour le moment) n'ont pas de problèmes. À part un déficit d'attention (TDAH) pour Gabe (depuis qu'il a 7 ans). J'ai toujours trouvé que même son déficit n'était pas "profond". Dans le sens, que selon certaines caractéristiques du tdah (agressivité entre autre) ne font pas partie de son caractère. C'est pas un enfant qui "varge" dans le tas pour le fun (ceci est une image)! À part s'oublier soi-même un peu partout et me faire perdre la tête avec du répétage intempestif, avoir l'impression qu'ils sont 14 dans sa chambre alors qu'il joue et qu'il est capable de tenir une conversation de 3 heures en changeant de sujet aux 5 minutes... je vois bien, que finalement, c'est pas si tant pire.
Je le constate, car en lisant Maman tupperware et Mamanbooh on se rend bien compte de leur défi quotidien. J'aime beaucoup les lire car j'en apprends. Je ne connais pas tous les troubles et souvent, malheureusement, on devrait en jaser plus, car beaucoup de gens jugent dans les magasins sur une crisette d'un enfant en pensant que "mon dieu qu'il est mal élévé!" Est-ce que ce jugement rassure ? Il donne quoi ?
Maintenant, depuis qu'on parle de ted et de différents troubles, quand je vois quelqu'un avec un enfant en crise, ma pensée se tourne vers: il a peut-être un trouble ? et je compatis envers la maman qui doit gérer la situation devant tout le magasin ! Peut-être aussi est-ce juste une grosse crise capricieuse... et puis après ? :)
Je vis le quart du jugement des autres face à Gabe qui a une étiquette de tdah dans le front. Le jugement face à la médication (ouais s'il faisait plus de sport!!!). Je l'ai vu me regarder plus petit et me dire désemparé "je peux pas maman, ça vire trop dans mon cerveau!". Je me rends compte que les gens parlent de choses qu'ils ne connaissent pas et qu'ils ne sont pas informés sur le sujet. Je trouve ça l'fun qu'on en parle et qu'on arrive à démystifier les troubles. Peut-être finira-t-on par ne plus les juger ?!

Je vous lève mon chapeau mamans de ce monde, parce que y en a pas de facile, mais on fait toujours de notre mieux !

Back to Top