Un temps d’arrêt

Un peu beaucoup grâce à M comme muse, je me suis rendue compte que j’avais besoin de choisir mes activités, de choisir le temps que je donne et à quoi je le donne et surtout à qui je le donne. Je me suis procurer des feutres, des crayons a colorier… je m’écrase et j’écris, je colore, je gribouille…

C’est un peu grâce au questionnement qu’elle nous a proposé en ce début d’année que j’avais compris que j’avais des choix a faire. Des priorités à mettre. Y a des objectifs qui sont très clairs, mais je veux les mettre sur papier comme un petit contrat envers moi-même. Pour éviter les microbes, éviter la fatigue et m’en demander moins.

Je sais que je veux perdre du poids et arrêter de vouloir sans le faire, je sais que je veux courir, mais selon mes goûts et envies, de ne pas m’imposer 12 courses dans l’année, de ne pas m’imposer un demi marathon si j’en ai pas envie… juste pour plaire aux autres.

De me féliciter si je ne fais que marcher avec le chien, si je réussi à ne pas sauter dans le sac de Doritos… arrêter de m’en demander indéfiniment. Me féliciter si je m’entraine juste 3 fois semaine au lieu de 4… accepter que j’aie un horaire de mongol !

Bref, faire les choses autrement et surtout, arrêter de me sentir coupable pour les autres, leurs humeurs, joies ou peines….

Comme je me le répète (et dit sur facebook), je ne suis pas responsable du bonheur des autres, ni du malheur, ni de leur vie, ni de leurs humeurs…

Je dois penser à moi ! De moi à moi !

Je vais donc m’assoir, et remplir mon petit cahier Sourire pour me jaser avec moi-même !

Back to Top