Résumé

The_Last_Rose_by_gorjuss
Image de Suzanne Woolcott
Je peux finalement raconter mon échographie d’hier. Je me suis calmée. Et comme à chaque fois que ma cause est désespérée (ou presque), je m’en remets à ma maman et à ses neuvaines à Saint-Antoine-de-Padoue. D’habitude, il se produit toujours une bonne nouvelle après :)
Mon écho avait lieu hier à 15 h. J’ai passé à 15 h 45. Il y avait un peu de retard. L’écho a été courte, le médecin a mesuré les jumelles, j’ai vu les p’tits cœurs battent. Au départ, mon gynécologue m’a avisé qu’il ferait les mesures selon les barèmes d’une grossesse normale, c’est-à-dire non gémellaire. Il n’a pas de barèmes pour des jumeaux. Suite aux mesures prises, il a décidé que j’irais voir une spécialiste à Sherbrooke la semaine prochaine. Il contactera la spécialiste et dès la semaine prochaine je devrais avoir un rendez-vous.
Effectivement, il y a une jumelle plus grosse que l’autre. Le percentile, j’ai un doute, car comme j’étais avec ma voisine, elle semble avoir entendu 10 percentile pour une et 2 percentile pour l’autre. Moi j’ai souvenir de 20 et 2.
C’est alors que mon gynécologue a ajouté aussi que je pourrais fortement accoucher à Sherbrooke. Comme ils ne sont pas habilités à le faire à Victoriaville. Il semble un peu inquiet, parce qu’il ne sait pas s’il s'agit du STT (Syndrome transfusé transfuseur). Puisqu’elles bougent bien et il y a beaucoup de liquide amniotique atour d’elles. Alors que (selon mes lectures sur le net), il devrait ne plus y avoir de liquide dans une des poches des bébés et on ne devrait plus voir la membrane qui les sépare.
Ensuite, il a senti le besoin de m’avertir des pires situations.
1. Accouchement prématurée à 28 semaines, pour essayer des les faire maturer à l’extérieur de mon ventre je suppose;
2. À la limite, il est possible que si une des jumelles est en train de mourir, qu’on la laisse mourir pour que l’autre survive.
3. Il est préférable d’avoir un bébé en bonne santé que deux “tout croche!”.
Je suis sortie de l’écho, le moral à terre. En ayant en tête ces phrases de peut-être. Mais il a terminé la conversation sur “elles bougent beaucoup et y a du liquide autour!”.
N’empêche que depuis, ce qui nous résonne dans la tête c’est la mort d’une des jumelles. Alors qu’on s’est déjà (ben oui) attaché à l’idée de deux cocottes dans nos bras.
En fait, on se sent dans un brouillard. On ne sait pas s’il y a de quoi s’inqiuéter. On ne sait pas si les réponses seront à Sherbrooke. On espère que oui. On est en mode attente… et ça me stresse. Est-ce que  c’est dangereux? Est-ce le STT? va-t-elle grossir d’ici peu pour créer une mauvaise frousse? On ne sait pas.
On saura quand je serai à Sherbrooke, un jour la semaine prochaine.
En attendant, les douleurs de la symphyse pubiennes semble une douleur quotidienne quand on a eu plusieurs grossesses. Je n’ai pas à diminuer mes activités selon le gynécologue. Je vais donc, la passer ma ceinture mauve, parce que j’ai besoin de ces moments de défoulement !
Voilà… on va un peu mieux. On s’accroche à des petites idées d’espoir ici et là en se disant que ce ne sont pas tous les jumeaux qui ne survivent pas. :)
Back to Top