The Love Boat !!! La lalalalala ;)

Le titre n’a aucun rapport, mais vu que je me sens réellement “débile” je mets donc, un titre débile ) C’est du moi !!!!

Je tiens à remercier les personnes d’avoir répondu à mon questionnaire que Shanni m’a refiler “méchammen” lol et que je m’amuse “méchamment” à refiler à ceux que j’aime bien taquiner ) Vous l’aurez oublier à votre mariage lol.

Bon, à la demande générale de FILLES. Bah oui y a que des CURIEUSES qui ont fait part de leur intérêt à mon histoire d’amour… je vous décris ci-bas l’HISTOIRE ! Vous excuserez les détails, car je sais pas trop comment écrire la chose… Je suis un peu pognée émotionnellement sur mon blog )

“Je me rappelle, je montais les marches de la petite galerie menant à la cours arrière. Ma belle sœur Jojo était venue me chercher pour dîner chez elle. Lorsqu’on monte les escaliers, on entend toujours Pistache (le setland blue merle) qui jappe à s’époumoner. Parfois on a envie de lui botter le derrière pour qu’il se la ferme J mais on se retient par politesse pour le frère. Il déteste qu’on le nargue sur son chien. On fait souvent exprès.

En haut des quelques escaliers, il y a une première porte qui amène sous un espèce de porche. Ensuite une deuxième qui mène à la cuisine. Et là, elle débordait de monde. La maman de Jojo qui s’affairait avec Rose-Marie (ma nièce), le frère de Jojo (si je me rappelle bien) qui jouait consciencieusement sur son playstation 2, Pistache qui se balade partout, mon frère qui tatawine son ordinateur pour une raison de bris quelconque et un inconnu au bout de la table verte. Ça s’est passé très vite. Quand j’y repense, on dirait un film de Charlie Chaplin à la vitesse super XXXX J. Je ne me rappelle plus qui a présenté qui. J’ai compris un « voici Richard » et j’ai compris que c’était celui dont j’entendais des histoires sur son begin pour une fille qui ne l’aimait pas depuis bien longtemps. Des histoires à la Santa Barbara ou il y a des phrases du genre « Je t’aime, moi non plus! ». Il en souffrait, c’était normal. Ce bégin, le trouvait trop poilu, trop pas à son goût…. Trop trop…. Et c’est à ce moment là que je n’ai pas compris. Je me suis assise en face de lui (à l’autre bout de la table). J’ai pas compris cette fille. Parce que moi, il avait tout de ce qui me faisait craquer. Les épaules larges camouflés sous son pull bourgogne. Une allure de sportif caché sous un air de rebel à cheveux longs J. Des lunettes qui lui donnait un petit air d’intello et de grands yeux bruns de piteux pitou. Je n’ai pas remarqué sa grandeur, mais juste la carrure et le visage fut assez. Après un certain temps, je suis retournée chez moi avec Jojo et je lui ai fait une démonstration d’une engueulade « espresso » que je ferais à son amie puisqu’elle n’avait décidément pas de goût. Et je suis rentrée chez moi.

Par la suite, je crois que c’est Jojo qui m’a tenu informé que le Ritch en question n’avait plus le begin pour son amie. J’étais étonnée. Il l’avait remplacé par quelqu’un d’autre. Innocemment j’ai demandé qui J. C’était moi. Un gros coup de foudre à double sens ! Qui aurait cru. J’ai alors demandé à Jojo son e-mail pour lui envoyer un petit mot. Mais il n’a pas répondu. On s’est revu chez Jojo avant que je puisse avoir un e-mail de sa part.
La deuxième rencontre fut vraiment « débile ». Moi qui racontait conneries par dessus conneries et lui qui ne disait rien. J’étais découragée. Pas un mot ne sortait de sa bouche. Pas une connerie… rien. C’était une soirée où l’on jouait à Héro Quest. Un jeu de rôle sur table… et on était plusieurs. Même mon personnage sur la plaque de jeu le suivait partout.. Mais non rien. C’est après, je reçu enfin un mail qui disait que je le faisais bien rire et que je lui plaisais bien. S’enuivit plusieurs mails et d’autres rencontres. Une près du réservoir beaudet à Victoriaville où j’ai fait une enquête sur lui de long en large. Je lui posais toutes les questions qui me passait par la tête. « Fumes-tu? Prends-tu de la drogue? Veux-tu des enfants? As-tu trompé une copine une fois??? » Mais tout en une soirée. Après j’ai mis de côté les questions. S’est suivit une balade en voiture dans son coin natal. J’y voyais rien, j’avais pas mes yeux (lunettes). Il m’a pris la main… j’ai eu plein de frissons ;) .
Il est venu me reconduire chez moi, je suis sortie de la voiture et je suis rentrée rapidement . Eh non pas de premier baiser ici. J’ai du prendre une semaine avant. J’ai tout nié à moi-même pendant tout ce temps. Je ne voulais pas J Les coups de foudre de cadre de porte me foutaient la trouille… je sortais d’une histoire terriblement difficile, je ne voulais plus souffrir.

Finalement, j’ai beaucoup appris sur Richard et j’ai compris que ça serait très différent de ce que j’avais vécu.Dans les épiceries,il prenait le petit panier de mes mains aussitôt qu’il commençait à se remplir, il ne crie jamais ni après moi ni après Gabriel. Il ne s’est jamais vraiment fâché. Et les disputes (pour le peu qu’il y en a) ne dure pas plus qu’une couple d’heures. Ce n’est pas une relation compliquée… pour la première fois c’est tout simple. Ça fait vraiment du bien.

Et pour les CURIEUSES, le premier baiser a eu lieu chez moi à 2 h du mat parce qu’il a jamais bougé, j’ai bougé la première et après on s’est pas lâché .” (cette photo là me fait craquer ;) )
Back to Top