Les potins du Taxi-bus

Ici à Victoriaville, il y a un système de taxi-bus pour le transport en commun. Ce sont des taxis qui amènent les gens dans différents points de la ville, désigné par un arrêt semblable à celui d’un bus mais qu’on paye pour la modique somme d’un bus. Une carte de membre de 5 $ pour l’année plus 3 $ le voyage par personne. Si on fait plus de 23 voyages, il est préférable de payer un laisser-passer de 70 $ et on peut le prendre quand on veut et comme on veut. Seule obligation, réserver son transport une heure à l’avance et si on doit l’annuler, le faire aussi une heure à l’avance. Sinon on paie des pénalités.

Pour moi, c’est le seul moyen de transport que j’ai pour le moment. Je paie un laisser-passer pour moi et Gabriel pour pouvoir me rendre au travail qui est de l’autre côté de la ville.  J’habite à un bout et je travaille à l’autre bout ! ) Ce qui est rigolo, c’est que lorsqu’on prend toujours le taxi-bus à des horaires réguliers on tombe souvent sur les mêmes personnes dans la voiture. C’est moins froid qu’un bus et beaucoup plus conviviale. Comme hier soir, je tombe toujours sur une jeune fille qui adore les voyages et qui bientôt partira en voyage. Elle en parle souvent. Mais on devient tellement habitué, que cette fille là connaît presque tous les chauffeurs des taxis-bus (bah oui c’est jamais le même), certains membres ainsi que leurs numéros. On finit par connaître les gens par leur numéro lol Et là hier c’était les potins… sur une telle qui voulait se marier et une autre qui parle tout bas et bien mal… lol

Tout ça pour dire que c’est bien comique comme moyen de transport. Ça l’est moins quand le chauffeur vous demande ce que vous faites et que lors que vous répondez que vous faites partie d’un organisme féministe qui promouvoie les femmes dans des métiers non traditionnels (comme la soudure), et que monsieur le chauffeur commencer à donner son opinion sur la femme dans les métiers non traditionnels et que ça “vaut pas de la marde”…  Ça me révolte un peu surtout qu’il y a certains soirs où j’ai vraiment pas envie de parler. Ce qui explique mon retrait à l’arrière du taxi-bus même quand il y a personne. J’aime pas parler pour rien dire )
Back to Top