Choc culturel ou éducation ?

J’ai du mal à savoir. Car mon homme est exigeant et semble avoir des traditions ou des valeurs un peu plus “vieillotes” que moi. Il est vrai que j’ai été élevé comme un garçon manqué. Je m’intéressais aux camions et Gi-Joe de mon frère. Je massacrais mes poupée Barbie, je voulais avoir les cheveux courts comme mon frère et on se battait pour rigoler. Mon papa voulait que je me débrouille dans la vie et je pense qu’il ne voulait pas que je dépende d’un homme. Alors il m’a appris à changer une roue sur la voiture, deux trois trucs si je tombais en panne et je poussais même ma voiture qui était un peu grosse. Même qu’un jour, dans le parking de l’université de Trois-Rivières au  Québec, un homme a voulu me dépanner alors que ma voiture ne démarrait pas. Il a pris un marteau et frappait supposément sur le “starter” pour qu’elle re démarre. J’ai rien dit mais j’ai bien vu qu’il faisait son intéressant car il tapait pas sur le starter
J’ai un scooter, alors j’aime le laver, le regarder et je pense que je pourrais faire le changement d’huile toute seule. J’aime pas trop faire la cuisine car le rangement après et la vaisselle y en a toujours trop. Bon je me suis améliorée mais bon c’est pas typique d’un grand français culinaire J’ai aussi des comportements de garçons. Déjà il semblerait que ma démarche ne soit pas très féminiine… est-ce le foot qui a massacré mes pauvres pieds ou tout simplement un problème de hanche comme dirait mon frère? J’ai pas peur des garçons. Même si je sais qu’il pourrait me tuer. J’arrive à me planter devant eux, à les regarder dans les yeux et à les affronter. Comme un vrai mec… et je sais aussi, que je peux être forte physiquement à la surprise générale des gars. Mon mari le croyait pas au début. Et un jour, je sais plus pourquoi, il m’a dit que j’avais pas la force d’une fille. Et honnêtement je me suis déjà battue avec un gars. Et c’est pas nécessairement moi qui a perdu
Je suis d’une nouvelle génération, peut-être en avance, qui ne veut pas dépendre de quelqu’un. ET j’avoue que même le jour où j’ai eu le gars qui me montrait ses bijoux de famille devant la porte, j’ai pas réagi comme une fille. J’ai pas crié. Je l’ai traité de sale con et je réalisais pas.
Et quand on me demande de ranger, de laver et de le faire toute seule je me sens esclave de quelqu’un et je ne veux pas de ça. JE veux marcher d’égal à égal avec un homme. Je sais certains seront choqués de lire ça, mais j’ai pas toujours peur de sortir ou de me faire violer sur un coin de rue. Je suis prudente et je recherche pas les ennuis.
D’un autre côté, en amour, c’est ma faiblesse. Car ça me fait perdre les pédales à chaque fois. On doit atteindre mon côté fragile et j’ai peur. J’ai pas envie qu’on y touche.
Et quand je vois mon homme qui dit que le repassage c’est un truc de fille… ça me jete par terre. Et je sais qu’il aime pas mon côté garçon manqué. Desfois, il me dit qu’il ne voit pas une fille devant lui mais un mec.
Peut-être est-ce pour ça que j’ai tant de mal… et je me rappelle étant petite, que mon frère était toujours content de m’amener avec lui et ses copains, car j’étais pas considérée  comme une fille, mais de la soeur de J. Et j’étais une des rares filles à pas faire chier les garçons Je faisais leur conneries, je les suivais partout et je comprenais leurs réactions, car je pensais comme eux. Ils m’amenaient avec eux partout et je faisais des coups avec eux.
honnêtement je suis fière de ce que je suis. Car je suis à l’image du sale caractère de mon papa… et j’ai le côté tout gentil de ma maman qui ne se laisserait pas faire… même si elle pardonne aux gens qu’elle aime Je suis bien avec ce que je suis et j’ai du mal qu’on essaie de me changer. Desfois je me sens forte mais quand je suis amoureuse de quelqu’un je deviens très fragile je crois.
Tout un spécimen looange
Shandara: tu vois pourquoi je tombe amoureuse des voitures… ^:p
Back to Top