Fourni par Blogger.

Cerveau lousse

19800995_10211949577767703_7776378325677803629_o

Discussion entre deux “on suppose” TDA lors d’un montage d’un tiroir en tissus:


“Maryse, ça marche pas !

- Ben oui, regarde ! faut clipser les similis tablettes.

- Ouais mais y a des velcros là !

- Attends je suis pas rendue là !

- Ça sert à quoi les espèces de carton?

- Attends j’ai pas fini de clipser les tablettes !

- Maryse faut mettre les roulettes !

- Aieuuuu focusse maudit ! Tu veux toute faire en même temps ! lol”


Des tâches avec ma mère c’est partir du lavage, laver la vaisselle, plier du linge, passer la balayeuse, nettoyer les meubles en faisant toutes les pièces en même temps en plus de couper de la pelouse en brassant de la sauce à spag… Tsé au lieu de focusser à une place à la fois !


Par contre, on fini ce qu’on commence, mais on est légèrement éparpillée ! Smile with tongue out

Cute mais pas de talent

17386374320_1bfa953141_o

De part mon travail #secrétaire #adjointeadministrative #techniciennebureautique #nameit… je me dois (ceci  n’est pas une obligation de mon employeur, mais honnêtement dans un hall d’entrée, ça va de soi) d’avoir l’air d’une madame (je sais c’est péjoratif, mais vous comprenez ce que je veux dire Smile)


Ce qui implique quelques vestons et les jupettes assorties appropriées pour l’été. Sauf que, comme j’ai la propriété d’avoir autant de grâce qu’un être masculin, ça donne le festival de la gafferies cette semaine. Comme par exemple:


  • Se promener au Centre-Ville de Victoriaville avec la jupette coincée dans les bobettes. Merci population qui ne dites rien, vous êtes pathétiques !
  • Porter une belle jupe blanche en dentelle toute la journée. Me rendre dans un magasin pour l’achat d’une jupe en jeans et me rendre compte devant le miroir que j’ai une énorrrrrrrrrrrrme tache sur la fesse droite. Je la comprends toujours pas !
  • Le lendemain, porter la jupe en jeans acheté la veille…. et me garocher allègrement mon café dessus à 8 h pile quand une personne se présente pour un rendez-vous dans une autre salle. Malaise …
  • Échapper un marqueur-surligneur bleu ouvert pointe pour écrire vers la jupe blanche (Merci tidetogo et le tiroir magique de E.);


J’espère que mon aura va changer cette semaine !


la crisse de folle

19989320_10154593133765766_7569315111503747550_n

“Le guerrier n’est pas forcément celui qui possède les armes mais celui qui possède la force mentale pour surmonter ses propres faiblesses pour aller de l’avant!”


- Zenman-





Se perdre un moment donné dans le flot du quotidien. Dans les bombardements demandant des responsabilités qui accompagnent la monoparentalité. Couler de fatigue, épuisée. Même la cristie de bouée, tiens pas. Bardassée par les ups and downs, de gauche à droite et on en fini étourdie. Malade. En oubliant le haut du bas, le bas du haut. Mais comment on fait pour remonter ?


Il arrive qu’on nous repêche de temps en temps, illustrant un espoir réchauffant. Mais on retombe en bas… mauvais port, mauvais quai, mauvais bateau. Ce qui nous encrait solidement à nous, a pris le large avec le vent, trop puissant.


Ce qui était rassurant, ne l’est plus. Trop de bruit, trop de son, trop d’images… trop de pensées. La tête n’enregistre plus rien. S’affiche alors devant soi, une inconnue qui en fait, est soi-même. Mais t’es qui toi ? D’où tu sors ?


Faire 4 pas vers l’avant, 22 par en arrière. Apprendre, réapprendre et vivre chaque émotions trop lourdement. Discuter, jaser indéfiniment pour trouver ce qui ne fonctionne pas. Parler, répéter, radoter, virailler.


Accumuler des “béquilles” pour soutenir et avancer, pour fonctionner. La tête trop pleine d’idées et de pensées alimentant l’anxiété. Voir le bout, comme dans un cauchemar, mais ne pas avancer, djammer sur place.


Se torturer en se comptant des menteries, s’étourdir de n’importe quelle manière pour que ça arrête. Préférer les arbres pour leur silence et crier à l’aide sans qu’on entende. S’enivrer de tout et rien,  pour que ça se mette à “off”.


Jusqu’à ce que…


On mette le doit sur LE  piton. Celui qui ouvre la cachette secrète de ce que nous étions. Là , dans un petit racoin.


… Je suis TDA.

Colorée

J’ai récidivé. Encore. Je pense que c’est comme un accouchement, on souffre le martyr, mais on oublie. On est vraiment “niaiseux”! On se dit qu’on est vraiment “nono” de faire ça et on se radote “pu jamais!”


Mais comme notre cerveau a la faculté d’oublier… ben… !


Malgré cela, j’y ai trouvé de l’inspiration, de la force, du courage et … ben oui… du bonheur à être bariolée un peu partout. Bizarrement, ça fait du bien au mental ! De se rappeler ce pourquoi on a choisi de s’étamper un dessin sur le corps.


C’est coloré, “splashy”… à mon image. Il illustre ma plus grande peur et une certaine difficulté à assumer d’être à contre courant… souvent ! Sauf que, si le poisson remonte le courant, je peux ben le faire aussi !


19875446_10154564560625766_7234515917280722194_n

Back to Top