Fourni par Blogger.

ASperger

Couverture C-1

FAQUE…

Suite à une situation un peu “bizarre”, j’ai eu un commentaire d’une personne parce que mes réactions ne semblent pas “normales” selon elle. Vous allez dire, “ouais bon, t’en fais pas avec ça!”

Non c’est claire !


Je sais que “dans le temps”, on m’a déjà reproché de ne pas comprendre la véritable signification d’un besoin. Exemple: qu’un non pouvait dire oui ou que je devais me spécialiser dans les devinettes des besoins des autres sans que ceux-ci m’expliquent réellement leurs besoins. Comme deviner qu’une personne a faim !


Suite à cela, j’ai eu droit à un “t’es tu aspergerg coudonc?!” Un peu insultée, j’ai flushé la personne. (pour pas dire beaucoup insultée)

MARIE-JOSÉE CORDEAU…


J’ai ensuite jasé avec un ami qui m’a prêté le livre ci-dessus de Marie-Josée Cordeau. J’ai lu jusqu’à la moitié du livre. Je n’ai pas fini.


Je suis un peu sur le cul. Je ne dirais pas “to the go” que je suis Asperger. Mais j’ai des tendances assez fortes. Ce qui expliquerait que par moment, je comprends pas le double sens des choses. Et mon manque très fort de filtre. (et plein d’autres choses).


Mais je vous suggère le livre. C’est vraiment intéressant à lire. J’avais peur que ça soit un livre scientifique avec lequel on décroche rapidement. Mais non ! C’est comme un blog. C’est vraiment intéressant.  Même si c’est juste pour abolir des tabous, ça en vaut la peine pour ces gens qui sont juste différents dans leurs manières de voir la vie.


Je vous mets aussi son lien pour son site et son blogue http://52semaspie.blogspot.ca/. En attendant, je continue ma lecture et je vous reparle de mes découvertes. Ça explique certaines choses, mais de là à dire que je le suis, je serais embêtée.


Comme dirait mon médecin, je dois avoir “des traits du syndrome”! Smile

Mon univers

Mon centre, mon univers, c’est à Victoriaville. Je suis partie 5 jours pour Sherbrooke et , câline, je m’ennuyais de mon monde. Je réalise ce soir, avec le départ d’André, qui faisait partie de ce réseau de “marcheux”. Des gens que je connais depuis longtemps, que l’on voit de manière récurrente à divers moments de notre vie. Ils ne sont pas toujours parfaits. Mais ils sont encore là.


C’est mon phare, mon centre, ma base solide. C’est ma vie à moi. Une sorte de pilier qui s’est ajouté avec le temps et qui m’a toujours fait du bien.


Ces gens qui s’ajoutent à ma famille immédiate, qui s’incrustent et s’amalgament à mon petit noyau. Ces personnes que mes filles apprécient et qu’elles considèrent comme une partie de leur vie. C’est magique !


Aujourd’hui, je réalise que j’en ai assez de me battre pour les mauvaises personnes. Que je dois définir les balises pour arrêter d’avoir de la peine pour rien.


Ce centre, relativement solide, puisque les mêmes sont encore et toujours dans les parages, c’est ma bulle apaisante. Un café, une rando, une jasette, un calin, un coup de fil… c’est tout ce qui compte.


Mais c’est toute ma bulle et ça devient ma force !


Merci XXXX

André …

10953190_10152892472685766_3407720803229492334_n

Des voyages sous les vents de pianos, des éclats de rires en glissant sur les lames de glaces, des longues discussions en roulant sur le bitume, des émotions à ne plus finir par ondes téléphoniques… de tout il était question.


Recréer le monde en 30 secondes, organiser des projets pour le plaisir de rire et de partir sur une dérape à 7 h le matin, parce que c’est l’fun. Partager ton excessif positivisme, ta façon de pensée… tu m’apaises.


Mon partner de patins, de rollers, de joies, de peines… de tout. J’ai tellement été plus forte pendant ta maladie. Juste pour te dire toutes les niaiseries du monde, pour que tu puisses partir en riant. Je voulais te voir rire tellement plus que souffrir.


Comme si la maladie était une punition, pour toi, pour nous. Et pourtant tu ne la méritais pas. Et égoïstement, nous non plus, on ne la méritait pas.


Je sais aujourd’hui, que ton départ cette nuit, est un soulagement pour ton corps. Que tu es vraiment mieux d’arrêter de souffrir et que tu peux enfin profiter d’un paisible repos. Je sais que c’est mieux comme ça.


Mais, caline, malgré tout ce que j’ai pu constater depuis presque 1 an… je ne m’habituerai pas à ton absence.


Si tu m’entends, ou tu me lis de où tu es… Je t’aime André.

Incompréhension canine

24073059315_bd4cbdcbe4_o

La Coopérative d’habitation a décidé de refaire le revêtement extérieur des bâtiments, parce qu’ils étaient vraiment désuets. Mais elle a aussi choisi de refaire les galeries extérieures dans la cours arrière !


Sauf que, mon chien, on le sort tous les matins dans la cours arrière. Mais là, pauvre pitou, il comprend pas trop comment ça se fait qu’il n’y a plus de galerie ! Alors je retrouve mon chien, perdu, devant la porte-patio qui voudrait dont descendre mais qui réalise que… s’il essaie il va finir “écrapou” à terre d’une hauteur relativement assez importante et qu’il s’en sortira pas indemne. (tsé c’est pas un chat!)


Pauvre pitou ! Il a pas encore compris, que y a une porte devant la maison (Smile with tongue out)

Nouvel emploi

9520482017_00d5826e54_o

J’ai été absente cette semaine, j’ai commencé un nouvel emploi. Ce qui explique que je n’ai pas écrit cette semaine. J’ai la tête un peu comme un volcan. C’est toujours un peu « rock’n roll » les premières journées.


Je ne m’attendais pas à ce genre de poste. Mais je suis réellement contente. De nouveaux défis et c’est motivant. J’y suis déjà bien. J’espère que ça se poursuivra comme ça encore longtemps.


J’ai été longtemps découragée, car je ne trouvais rien depuis un bon bout de temps sur le marché du travail. Et je l’admets, retourner travailler, ça fait un méchant bien à mon cerveau en ébullition.


Bref, je ne vous abandonne pas. Mais la quantité d’articles diminuera possiblement un peu. Quoique je voudrais essayer de programmer tout ça au lieu d’écrire au fur et à mesure.


Un gros merci à ceux et celles qui m’ont envoyé des ondes positives Smile

Back to Top