Fourni par Blogger.

Blogueur(euse) = $$$

17795816_10154308326865766_749366023[2]

Parce que tu es “blogueur(euse), tu fais du $$$ (bidous) ou tu en veux !


Sur Facebook ou n’importe quel réseau social, on vend des articles, des livres ou des conférences pour devenir blogueur(euse) super hot qui tire du cash facile ! Tu veux faire du $$, soit blogueur(euse)! Envoie, champion, t’es capable pis c’est relativement facile. Tu vas vendre des gogoss ! Pis tu vas être plusss lu(e). Trouve toi un trademark ©, un slogan pis go, écris !


C’est bizarre, j’embarque pas là dedans. Je suis convaincue que si tu te “pars” un blog pour faire de l’argent seulement, le résultat est pas le même que ceux et celles qui prennent ça à coeur ou qui ont d’autres raison que de faire du bidou.

La plupart des blogueurs(euses) que je connais, parle de leur vécu, de ce qui leur tienne à coeur. Ils ne font pas nécessairement de l’argent avec ça, mais ils ont sûrement la conviction de faire un pas ou un changement dans le monde.


Ouvrir des portes, réveiller des consciences, aider des gens, faire bouger les choses. Pas faire du cash nécessairement ?! (ou je suis vraiment hors norme).


Du moins, ce sont mes convictions. Si je peux changer une façon de penser, rassurer ou faire du bien à une personne, ma job est faite. Si je peux permettre à quelqu’un de voir les choses autrement, ben tant mieux.


Oui c’est l’fun être payé et avoir plein de lecteurs. Mais c’est pas du tout mon but. C’est de vouloir changer le monde un peu à ma manière. Je fais des hits de temps en temps, pis d’autres fois, pas du tout. Mais si une personne change sa vision des choses sur les maladies mentales, sur la société, sur la pauvreté ou je ne sais trop quels autres sujets…. si on apporte à faire réfléchir les gens, je trouve ça génial !


C’est fort possiblement ce pourquoi je ne suis pas une blogueuse super hot du moment… Mais je suis là.

Soyez blogueur(euse) pour vos convictions et ce en quoi vous croyez fermement.

À mon avis, l’authenticité est primordiale.

“blanc”

19105710_10154488328085766_9031230842476423236_n

(référence à la joke de blonde, en chaloupe dans un champ)


Je voudrais écrire. C’est puissant… mais mon cerveau est vide. En fait, vide de choses “intelligentes et brillantes” !

Le genres de niaiseries comme “faire une course de brouette rose surmontée de licornes avec des épées en mousse pour destroyer les adversaires!”;


Et là je vous évite la course de brouette en zombies !


Le genre de course de princesses… où on se déguise en reines méchantes pour poursuivre les princesses;


Participer à la course de nuit, mais toute en noire pis se fondre dans la masse… tout pour se péter la yeule; E. a même chanté “I wear my sunglasses at night and i will péter ma yeule!”

 

Réserver une salle, faire une méga soirée du genre “grammy award” ou “Festival de Canne” avec tapis rouge et toute la patente… tsé des affaires pas d’allures ?!


Essayer de rentrer ma micra dans une boîte de “pick up” (camion) parce que je suis sûre que ça rentre dedans.


Faire du rallye avec ma micra ! Du moins, vouloir la peindre comme les micras de course…


Participer au trophée Rose des sables (avec ma nouvelle Bro Djou…) on est sûre qu’on va s’engueuler à mort… c’est ca qui va être drôle (ou se perdre avec les scorpions);


Allez voir Pink au Festival d’été de Québec… (ah non ça c’est vrai ! j’y vais pour vrai)… quand j’aime pas les foules (ça va pas dans ma tête);


Vouloir partir en famille en camping, avec la gang de mon chum… mais ses filles aiment pas le camping dans le bois (je cours vraiment après le trouble)


Tester le portage en canot (oui oui , me le virer sur la tête à l’envers) pour aller me promener et courser contre les kayaks sur le réservoir Beaudet !


Me faire tatouer un saumon… (déjà ça va pas ben! j’aime pas les poissons)


Récupérer la moto de mon papa qui date de 1967, qui a pas fonctionnée depuis 1976 ou 1977, qui trainait dans le sous-sol, la ramener chez nous, et voir si mon chum peut la partir pour aller travailler avec !


Bref,… rien d’intelligent finalement  Smile






Étampé(e) TDA(H)

DSC_0026

Chez nous, c’est comme un tatouage qu’on remet de génération en génération, il semblerait. Voilà deux semaines, à peu près, le milieu scolaire vient de diagnostiquer les jumelles pour un syndrome de déficit d’attention. Première réaction, je veux pas.  Honnêtement, ça ne me tente pas ! La médication, elle me fait boquer. Pas elles. Pas mes cocottes. Pas leur sensibilité extrême, pas leur énergie et leur dynamisme, pas leur joie de vivre, pas leur intensité… je ne veux pas les éteindre.  Pourquoi faut-il que tout le monde veulent nous “éteindre”?


Puis le doute. Comment se fait-il que le 3/4 de la famille est comme ça ? Ben oui ! Cherche pas ma championne ! La source est pas ben ben loin de ton nez miss ! Ça ben l’air que ça vient de moi.


J’ai pourtant canalisé et trouver des solutions toute ma vie. Pourquoi mes enfants pourraient pas faire la même chose ? Quand je les amène faire du sport et qu’elles éclatent de joie et d’énergie, je me vois moi. Elles sont infatigables. Ça me remplie de fierté. J’ai l’impression qu’on me demande d’éteindre encore, ce qui me rend fière d’elles. Ce qui fait d’elles des êtres uniques.


Ça ne me tente pas. Pas ce coup là !


http://www.eldarwen.com/2013/09/une-maman-indigne_24.html

du vélo de bouette !

18581741_10154432855740766_4543395049188354350_nÇa fait plusieurs années que j’ai envie d’essayer le vélo de montagne ou dans les trails. Mais j’ose pas. J’attend de trouver du monde qui vont embarquer.


On me dit souvent qu’avec mon genou, je vais en arracher plus que sur la route. Moi, je crois, que je risque d’avoir plus de fun qu’autre chose.


La peur qui me retient aussi un peu.

Sauf que…


Hier, j’ai eu l’idée de trimballer les filles avec leur vélo au Parc des Abénaquis. En fait, un peu plus loin qui se ramasse en sentier et qui suit la rivière. On y va souvent à pieds, jamais en Vélo.


J’ai pris conscience de ma gaffe quand Eve a planté en premier. Ok, les filles, calmez-vous sinon c’est la tuerie totale. J’ai du même freiner Bianca qui aurait descendue une pente “de la mort” et je suis pas convaincue qu’elle en serait sortie vivante.


Mais, Bianca a “triper” solide. Elle avait peur de rien, elle roulait en fou et elle voulait continuer même si le sentier finissait.


Elle a descendu une côte et si elle manquait son coup, elle finissait dans la rivière. Mais non, les deux doigts dans le nez.


Hier, j’ai réalisé que j’ai trouvé ma partner de montagne Smile On risque d’avoir du fun en ta !

Celle qui…

13914426345_452826f4c6_n

… courait ! Qui trouvait un plaisir profond à fouler le bitume. Pis quand c’était trop facile, e me garochais dans les côtes. Celle qui était pas la pus vite, mais qui était endurante. Pis qui avait du fun en sautant dans les trous d’eau.


Là, je recommence… je suis  juste découragée. Les intervalles n’en finissent plus, la douleur aux pattes s’intensifies… je comprends même pu comment je faisais avant ! J’ai mal partout, la douleur me déprime et je suis incapable de faire plus que 3 minutes sans arrêt.


J’ai perdu quelque chose en soignant ma tête… mon hyperactivité. L’énergie intuable qui m’habitait. J’en ai plus. On me dit que j’en fais déjà pas mal. Oui mais j’en ai toujours fait beaucoup. Pourquoi là j’y arrive plus ?


J’y arrivais toute seule à tout gérer en même temps. J’aimais être dehors et marcher à n’en plus finir. Y se passe quoi avec ma tête ?


Pourquoi le sport est lourd à mes yeux ? Ce n’est plus un plaisir. C’est devenu une tâche. J’ai plus de fun à aller travailler que d’aller courir.


C’est triste. Vraiment triste. Surtout qu’un 5 km à Ottawa m’attend, et je sais crissement pas ce que je vais foutre là.


Bizarrement, je ne dis plus “je vais a courir”, mais “je devrais courir”! Preuve de mon manque d’enthousiasme.


Des trucs ?

Back to Top